Retour à l'index



Benoit Doremus




BIOGRAPHIE




Le Suisse Sarcloret et le parrain Renaud ont donc assisté le Bisontin Benoît Dorémus sur son premier effort dans la cour des grands (Jeunesse Se Passe en 2007), avant que ce dernier n’affronte le redoutable exercice du second album (si l’on passe sous silence, ce qui s’avère passablement injuste, l’auto-production de Pas en Parler en 2004).

Au risque de décevoir une partie de ses soutiens naturels (on dira : les laudateurs de la chanson francophone pas sotte), il lui appartenait donc de s’extraire, autant que faire se peut, des refrains autobiographiques (avec, en notable exception, « De l’autre côté de l’ordi (Acte IV) », suite de l’album précédent, et au premier degré, du compte-rendu des affres d’un jeune chanteur, à l’aulne de la crise du disque), dans le sillon desquels certains de ses grands frères (Vincent Delerm en tête) ont pratiqué une séduisante politique de la terre brûlée.

C’est chose faite avec 2020, moins disque de prospective que de son temps. Dorémus a donc confié ses chansons nettes à deux collègues, Louis Duperron (qu’on a pu apercevoir au côté de Michel Delpech) et Frédéric Lo, ici intronisés réalisateurs des douze refrains proposés, tous de la plume du chanteur, à l’exception d’un « Je sors avec une étudiante » en mode flonflon sur fumet de restau U, composé en compagnie de Renan Luce (pour le compte duquel Dorémus ouvrira dans le cadre d’une prochaine tourné française, ce qui lisse finalement les contours d’un réseau amical, proche d’une force familiale).

Toutefois, le charme de l’entreprise (un chant léger et fragile tout à la fois, des orchestrations sans esbroufe, et l’impétuosité d’un saumon remontant le courant vers l’Eden de la chanson française des années 1970) reconnaît son géniteur, ce trentenaire modeste aux mots qui ne le sont pas moins (d’une grande finesse d’esprit dans l’état des lieux de « Comment vont les autres ? »), pudiques mais pas pudibonds (« Paris », qu’on aimerait voir inspirer dans son acide vérisme toute une génération bling-bling), loin des calembours et des calembredaines faciles.

Enfin, un tour de force vient se nicher au mitan du programme (« Deux pieds dedans » et « Depuis hier »), chanson en deux parties pudiques, sensibles, et discrètes, et portrait en pastels de notre temps, idéales pour ceux qui ne goûtent que modérément les vérités profondes. 2020 n’est pas un album facile, mais l’époque ne l’est pas non plus.

Simultanément, Benoît Dorémus trousse histoires et musiques d’aujourd’hui, sans falbalas, mais riche d’une vraie pertinence sensible. Nos radios et autres étranges lucarnes, notre quotidien en somme, pourraient bien trouver nécessité à ses chansons. Et nous, y dénicher la force de résister quelques années encore, pour pouvoir fredonner « Ne pas lire avant 2020 » à l’ombre des forcicias.



DISCOGRAPHIE





2020 (2010)

Bilan Carbone - Comment Vont Les Autres? - Tu Dors À Contre-Jour -

Paris - T'as La Loose! - De L'autre Côté De L'ordi (Acte IV) -

Je Sors Avec Une Étudiante - Deux Pieds Dedans (Première Partie) - Depuis Hier (Deuxième Partie) -

Calumet - Chose Rare - Ne Pas Lire Avant 2020 -






Recherchiste: Jean-Marie Tremblay
Conception: Gilles Dussault






Retour à l'index


/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\/\