Retour à l'index


Les Saint-Antoine




Duo électro pop formé de Racine et Luigi, un couple dans la vie comme sur scène. L'une est passionnée, artiste et photographe, l'autre est fou de musique, batteur et guitariste. Les destins de Racine et Luigi Sant Antonio se sont croisés au printemps 1979, ils ne se sont plus quittés depuis et se sont donnés comme mission de créer un nouveau genre musical, du moins quelque chose qui ne se faisait pas déjà ici. Racine explore sa voix, se révèle musicienne et remplit des carnets d'idées. Luigi se sent habité de rythmes instinctifs et d'envolées musicales originales.

Dans les années 70, Luigi avait connu ses premières heures de gloire. Tout jeune, il accompagnait à la batterie les sets live de plusieurs artistes québécois de l'heure, que ce soit, Robert Charlebois, Nanette Workman ou encore Boule Noire pour n'en nommer que quelques-uns; il était l'un des batteurs professionnels les plus prisés de cette époque. Un des souvenirs les plus forts de sa carrière est la tournée Express Festival, un "road trip" célèbre qui dura 14 jours, où il traversa le Canada à bord d'un train, accompagnant Charlebois et côtoyant des musiciens de la trempe des Janis Joplin, des groupes Grateful Dead ou The Band.

Aujourd'hui, Luigi balance les beats sur ses tambours technologiques avec le même talent brut qu'il avait découvert chez lui et exploité dès l'âge de 14 ans. Autodidacte, la musique est, pour Luigi, une attitude naturelle, un don en quelque sorte. Son aisance exceptionnelle à la guitare ou à la basse puise à même cette capacité de laisser jaillir inopinément ses pulsions créatives. Ce sont ces qualités innées de musicien qui l'ont mené à se retrouver aux commandes de sa console pour réaliser la majorité des lignes instrumentales et les arrangements de l'album.

De son côté, Racine écrit les paroles, compose les mélodies, peaufine les musiques avec Luigi et interprète les chansons. Elle joue du synthé, de l'harmonica, des percussions et touche un peu à tous les instruments. Racine est une chanteuse anti-conformiste et originale qui a de grandes capacités de jeu et de création. Une femme pour qui la voix n'est pas une performance mais une expression de l'être. C'est une artiste engagée qui a des valeurs bien campées qu'elle transmet dans des textes simples mais percutants. Elle parle d'amour, du quotidien, de la conscience, des problèmes sociaux, de l'environnement. Sur scène, elle déploie beaucoup d'énergie, elle est débordante de vitalité qu'elle doit, d'ailleurs, à une s acro-sainte alimentation bio. Son charisme et sa sensualité autant que ses prises de position lui font incarner une féminité pleine d'assurance.

Ils se produisent en public pour la première fois au Café Campus. L'auditoire accroche dès le début, avant tout parce que Les Saint.Antoine sont authentiques, différents des groupes communément diffusés sur les ondes. Leur premier album éponyme Les Saint.Antoine, lancé en septembre 2004, est soutenu par un premier spectacle autogéré sur la scène du Lion D'or. Leur répertoire se compose uniquement de titres originaux, francophones ou anglophones. Leur disque, en français, combine une écriture mélodique et un travail rythmique fouillé associant des sonorités acoustiques naturelles (batterie, chant lyrique, basse, guitare) à d'intrigantes boucles et programmations électroniques. Une liberté qui, du projet de recherche à l'édition, se décline avec efficacité et simplicité.

Après un premier simple fort populaire en 1998, ils lancent un premier album complet en 2004, un éponyme qu'ils ont produit eux-mêmes. Les textes de Racine alternent entre le français et l'anglais, ce qui passe très bien dans ce genre musical. La musique est rythmée, accrocheuse et compte sur des arrangements intéressants et originaux, ce qu'ils appellent la dropmusic ! Je suggère d'écouter leur matériel avec un volume assez élevé, les yeux fermés, se laissant pénétrer par le rythme et voyageant au rythme de leurs vibrations. Pour bien découvrir leur univers, écoutez la pièce Imagination en l'air qui me fascine à chaque écoute.

Pour ceux qui connaissent, je trouve une certaine ressemblance avec le travail du duo britannique Propellerheads, et, peut-être à cause du type de duo, avec les français Niagara. Le ton de voix de Racine me fait aussi à l'occasion penser à Ève Cournoyer. Ils ont formé leur propre étiquette de disques (Drop Music) et monté leur propre studio d'enregistrement (Le Temple). Leur premier album a été lancé en 2004 et les commentaires des gens qui les ont vus sur scène sont fort positifs. Parmi leurs collaborateurs, j'ai remarqué le nom de Marcomé dont j'ai aussi découvert les albums récemment. J'aime beaucoup leur matériel que j'ai souvent écouté depuis quelques semaines.

J'ai bien l'intention de les voir sur scène, j'y reviendrai.

Site Web Officiel


Albums Année En Collection
Les Saint.Antoine 2004 Oui

Retour à l'index