Retour à l'index


Monique Paquin




Auteure, compositrice et interprète, grande amoureuse des mots, c'est lors du spectacle d'une de ses collègues de travail en 1998 que Monique décide de prendre des cours de chant. Il faut dire que sa famille s'intéresse à la chanson depuis longtemps et que c'est là l'occasion d'y mettre les pieds. Lors de ces cours, elle fait la connaissance de Céline Ducharme avec qui elle donnera deux spectacles, l'un à la Petite Licorne, l'autre au Studio Théâtre de la PDA. Céline offrait le répertoire de la chanteuse Barbara alors que Monique interprétait ses propres chansons.

Je disais qu'elle était une amoureuse des mots, particulièrement ceux de Léo Ferré qui ont meublé son imaginaire pendant longtemps, puis vinrent ceux de Jean-Roger Caussimon, Pierre Louki, Boris Vian, Pierre Barouh, Serge Gainsbourg, Jacques Higelin et Juliette Noureddine. Elle ne s'arrête pas qu'aux créateurs européens, consciente de la qualité de ses compatriotes, elle s'intéresse particulièrement à l'oeuvre de Stéphane Côté (un de mes favoris) et de Bernard Cimon, deux jeunes hommes de la région de Québec. De cette génération en pleine effervescence, elle retient aussi la contribution de Claude Semal, un ACI de Belgique.

Elle n'est pas en reste côté créativité puisqu'elle présente également ses propres chansons qu'elle travaille avec Marc-André Cuierrier, un musicien polyvalent qui l'accompagne au piano, à l'accordéon, à la flûte et aux voix. C'est à l'automne 2003 qu'elle donne son premier spectacle en solo au Studio-théâtre de la PDA, elle récidivera à l'automne 2004, un spectacle que j'ai eu la chance de voir.

Tout au long du spectacle, elle prend le temps de nommer les auteurs ainsi que les compositeurs de chacune des oeuvres qu'elle interprète. De Pierre Barouh à Serge Rezvani, de Stéphane Côté à Claude Semal, de Jacques Higelin à Monique Paquin. Au total, elle nous a offert 25 pièces avec, en rappel, la seule chanson anglaise de son répertoire, Cry me a river, récemment popularisée par Justin Timberlake, une demande spéciale de son fils. Elle était évidemment accompagnée de son comparse musical Marc-André Cuierrier et elle a su faire vibrer les cordes sensibles de ses auditeurs en nous rappelant que la chanson à texte avait toujours sa place.

Au printemps 2005, elle lance un premier album intitulé Voler qui regroupe 8 des plus belles chansons qu'elle fait en spectacle et qui font appel à ses talents de créatrice. Parmi les pièces de l'album, elle en a écrit 5, paroles et musiques, soient Valse en i, Ton corps est un voilier, Des cerisiers un océan, L'île lumière et Voler. Pour Marcel, elle s'est inspirée d'une musique de Marc-André Cuierrier pour y coucher ses mots, alors qu'elle a mis en musique des textes de Jean-Roger Caussimon (Reviens) et d'Emile Nelligan (Sérénade triste).

Puisqu'elle est une amoureuse des mots comme je le mentionnais plus haut, il faut aussi l'être pour apprécier à juste titre les chansons de Monique. Entourés de musiques douces, majoritairement piano et accordéon, les textes prennent toute la place et se laissent habilement bercer par la voix de l'interprète.

Depuis l'été 2006, Monique travaille beaucoup en duo avec Landriault, créant des chansons à la fois engagées et poétiques.

Autres reportages sur QuébecPop


Albums Année En Collection
Voler 2005 Oui

Retour à l'index