Retour à l'index


Malade Mantra




Ils ont gagné le Festival de Granby dans la catégorie Collectif en 2004, pour ensuite faire partie de la tournée des lauréats avec Guillaume D'Aoust et Pascale Delagnes, c'est à ce moment que la photo de gauche a été prise. Dans le groupe, on retrouve André Désilets (saxophones), Mathieu Massicotte (batterie, percussions) et Bruno Rouyère (voix, guitare, basse). Sur leur premier album, et souvent avec eux sur scène, on retrouve Igor Bartula à la basse.

Le groupe s'est formé en 2002, lors de la rencontre des trois saltimbanques, chasseurs de rythmes et adeptes de l’exploration musicale. Le goût du voyage par la musique les rapproche, alors que séparément ils ont travaillé avec Lilison di Kinara, Youssou Seck, Geoulah, les Funkafones, Possession Simple et Caïman Fu. Ils fondent Malade Mantra et pendant deux ans, ils peaufinent leur répertoire, donnant plusieurs spectacles avant de s'inscrire en 2004 au Festival de Granby où ils raflent les honneurs du Collectif ainsi que le Prix Étoile Galaxie décerné par Radio-Canada.

Parlons-en justement de ce premier album intitulé Quatre millions de tounes et paru sur l'étiquette Voxtone en 2006. Parmi les artistes invités, outre le "Caïman Fu" Bartula, on retrouve Pascale Delagnes (voix), El-Hadji Diouf (percussions), Jacques Séguin (trompette), Denis Faucher (piano) et quelques autres. Leur musique est le fruit d'un métissage finement ciselé, beaucoup de cuivres, une sorte de potion pop-rock pimentée de funk, de jazz, de reggae, de ska, d’afrobeat et autres musiques du monde...

Quant au nom, ce fameux Malade Mantra, son origine va de soi. Malade car c’est la condition fondatrice de leur démarche, leur caractéristique commune. Chez eux point de normalité! Quant à Mantra, il s’agirait d’une prière mystique, une incantation destinée à conjurer la folie du monde. La musique vécue comme une forme d’exorcisme, en somme…

Autres reportages sur QuébecPop


Albums Année En Collection
Quatre millions de tounes 2006 Oui

Retour à l'index