Retour à l'index


Landriault




Auteur, compositeur, interprète, animateur, poète, anarchiste, il préfère le terme de "chansonnier éveillé" ou de "chanson propagande", et je trouve que cela décrit bien le genre de travail qu'il fait. Né en 1950, il est de cette génération d'adolescents qui s'ouvre sur le monde lors de la révolution tranquille des années 60 et c'est depuis cette époque qu'il écrit des chansons.

Suite à la tragédie de l'école Polytechnique le 6 décembre 1989, il laisse tomber son emploi dans une maison d'édition, vend maison, chalet et auto pour se mettre définitivement à la chanson. Il avait des choses à dire et il lui fallait les dire. L'homme est fait tout d'une pièce, ses opinions sont souvent partagées par le commun des mortels, celui qui n'a pas nécessairement les mots et la tribune pour expliquer ses attentes et ses aspirations. Landriault lui donne donc cette voix qui lui manque, il le fait de façon directe mais avec beaucoup d'émotion et d'humanité.

Son premier disque, De l'autre côté du miroir paru en 1991, est une drôle de dualité en soi, on y retrouve des musiques très pop (à la 80/90) supportant des textes beaucoup plus sérieux, un mélange témoin d'une époque j'imagine. Sur cet album, on reconnaît le côté humain de l'oeuvre de Landriault: la chanson Au banc des accusés est particulièrement prenante, alors que l'artiste fait le procès de la famille, la famine, la guerre, la justice et la torture en les amenant sur le banc des accusés. On y retrouve aussi un auto-portrait de l'auteur sur Marginal.

Plusieurs années plus tard, en 1999, il met sur le marché La liberté ou la mort, un disque qui décrit encore une fois ses états d'âme envers la société, que dire, le monde d'aujourd'hui. Avec des titres de chanson comme Allez voir ailleurs si j'y suis, La liberté ou la mort, Anti-laïus I, II et III, Société pourrie, Puisqu'ils ne savent pas, Crétins, Non, Rebelles-loubards, Overdose et Testament postposthume, il

Pendant cette période on a pu le retrouver sur les ondes du poste de radio communautaire CIBL de Montréal. Il y animait Pisse-vinaigre avec l'activiste Alexandre Popovic, une émission où se côtoyaient musique, textes, poésie et information vitriolique. Il poursuivit ensuite avec La rumeur de la foule, co-animée par Lise Grégoire, émission où il se donnait comme objectif de rejoindre les gens plus démunis.

En 2001, il récidive avec le disque du même nom "La rumeur de la foule". Il y mentionne: "Le but du jeu n'est pas d'atteindre les sommets...", ce qui malheureusement ne sera pas le cas. L'oeuvre profondément humaine de cet homme mériterait une plus grande diffusion, histoire que le commun des mortels puisse entendre et comprendre cette réalité décrite par le chanteur sur une intéressante musique rock. Rebelle, dénonciateur, on y retrouve des chansons comme Rumeur, Je retourne en enfer et SOS humanité, cette dernière étant une commande pour un show de contestation lors du sommet des Amériques à Québec. Enregistré avec l'aide de sa complice Lise Grégoire, ils ont eu l'occasion de présenter leur spectacle lors de la fête de la St-Jean à Boucherville la même année de même que dans plusieurs petites salles de la région de Montréal.

Après avoir fondé le soirées Cabaret Entre le Rouge et le Noir en 2004, ce avec l'aide d'Anne-Marie Gélinas, tous les lundis soirs au Petit Medley de la rue St-Hubert, Landriault a ressenti le besoin de préparer un nouvel album qui résume bien ses états d'âme, sous le titre de Le coeur de l'anarchiste. L'album est peut-être le plus achevé de notre homme, on sent que le coeur y est et que la démarche était importante pour exorciser les démons qui l'ont hanté au cours de la dernière année. Je suis content pour Landriault qu'il ait réussi à se redresser pour défendre l'amour autant qu'il l'a fait pour monter aux barricades et défendre les notions de partage et de respect envers les gens moins bien nantis.

En plus de l'énergie qu'il met dans la promotion de la chanson à texte, cela fait plusieurs années que Landriault organise les spectacles bénéfices Sourire d'enfant pour amasser des cadeaux de Noël à offrir aux enfants malheureux. Non seulement il parle et dénonce, mais il agit !

Spectacle avec Anick

Soirées SOS Humanité à la Petite Gaule

Autres reportages sur QuébecPop


Albums Année En Collection
De l'autre côté du miroir 1991 Oui
La liberté ou la mort 1999 Oui
La rumeur de la foule 2001 Oui
Le coeur de l'anarchiste 2006 Oui

Retour à l'index