Retour à l'index


Sébastien Lacombe




Dès sa tendre enfance, Sébastien Lacombe baigne dans la musique avec ses deux frères Stéphane et Frédéric.
Il a 8 ans lorsqu’il commence des cours de piano classique. Impressionné par le talent de son frère Stéphane, alors soliste pour les Petits chanteurs du Mont-Royal, il rêve de chanter lui aussi un jour.

Il achète sa première guitare à 15 ans et fait son premier spectacle la même année. Avec son ami et complice de musique David Poirier, Sébastien écrit d’abord en anglais. C’est aux bords du lac Écho à Morin Heights qu’ils fondent un quatuor du même nom.

Un certain Robert Charlebois, qui habite la maison voisine, est curieux et écoute leur démo. Il pose une question à Sébastien qui changera à tout jamais sa vision du métier: «C’est bon ce que vous faites les gars, mais quel dommage de ne pas chanter en français». Sébastien, devant le commentaire éclairé de ce monstre sacré de la musique québécoise, remet en question son travail et relève le défi d’écrire en français. Et ça fonctionne.

Le groupe Écho connaît du succès et se produit sur les scènes montréalaises à plusieurs reprises. Il est finaliste au concours Les Jeudis Amplifiés de L'UQAM présenté au Medley à Montréal. Mais en 1999, le groupe se sépare.
Sébastien Lacombe est maintenant seul et commence à écrire pour lui. Il décide de suivre des cours de chant avec Lucie Lebel et s’y applique de 2000 à 2003. Ces mêmes années seront par ailleurs déterminantes dans sa carrière.

En 2002, Sébastien remporte le 1er prix du Concours de la relève organisé par l'International des Montgolfières de St-Jean-sur-Richelieu, ce qui lui donne l’opportunité de chanter en première partie des Ténors de l’humour devant plus de 20 000 personnes. Il participe aux Francofolies de Montréal pour la première fois en 2002, entouré de ses musiciens.

En 2003, il est le grand gagnant du concours Ma Première Place des Arts.
Ce succès suscite beaucoup d’enthousiasme, et Sébastien est invité pour une deuxième année consécutive à présenter son spectacle aux Francofolies.
Il était aussi de la partie pour les Jams de Luc de Larochelière en compagnie de Marie-Jo Thério, Sylvie Paquette et Yves Desrosiers.

Sébastien Lacombe a aussi obtenu en 2003 une bourse de recherche et création du Conseil des arts et des lettres du Québec. Son projet, réalisé avec les conseils professionnels de Pierre Flynn, lui a permis d'écrire de nouvelles chansons et de continuer son perfectionnement musical.

En 2004, en collaboration avec l'OFQJ, Sébastien a également participé à l'événement Le Grand Huit. Cette création musicale collective réunissant quatre chanteurs du Québec et quatre de la France est présentée à Montréal, Petite-Vallée, Québec et Sherbrooke ainsi que dans une dizaine de salles dans la région Rhones-Alpes en France. Il fait même un détour jusqu'à Genève pour l’occasion.

Au printemps 2005, Sébastien Lacombe a maintenant un gérant à ses côtés. Ils décident ensemble de faire entendre la maquette de Sébastien à Michel Sabourin et Alain Dupuis des Disques Atlantis.
Une belle complicité s’installe et le travail d’équipe commence. La production de l’album se met en marche et la sortie est prévue pour septembre 2005. Cette signature avec Disques Atlantis (Stefie Shock, Dédé Traké) assure enfin à Sébastien la sortie sur le marché de ce premier album à la fois moderne et mature qu’il a mûri pendant toutes ces années.

Son album Comme au cinéma est lancé en septembre 2005. Le premier extrait radio Aquarium est demeuré au sommet du palmarès de l’Adisq pendant 4 semaines consécutives.

Puis, en 2006, la carrière de Sébastien passe en quatrième vitesse. En compagnie de Mara Tremblay, Mario Pelcha, les Respectables, Mélanie Renaud, Marc Labrèche et Raphaël Torr, il rend hommage à Joe Dassin, en participant à l’album intitulé Salut Joe. Il y interprète alors Petit pain au chocolat.
La production dirigée par Stefie Shock se transporte sur la scène du Club Soda dans le cadre de la Soirée Molson Dry.
Invité en tant qu’artiste de la relève, il est de la première partie du spectacle. On peut alors entendre quelques chansons de son premier album.

L’année 2006 se termine en beauté. En décembre, l’auteur compositeur interprète est désormais reconnu comme artiste de la relève de la chanson québécoise.
Il est Sacré Talent à la Société Radio Canada sur les web d’Espace Musique et part sur la route à la conquête du Québec.
Partout où il passe, la critique souligne son talent, sa créativité et son originalité.

En 2007, Sébastien Lacombe est finaliste pour le Grand Prix de la relève Archambault. Après avoir parcouru le Québec puis, la France, Sébastien nous revient avec d’autres chansons et un deuxième album prévu pour le printemps 2008. Un premier extrait T’en trouveras pas, sorti en février 2008, nous donne un avant-goût et laisse présager un retour en force, à travers une bonne dose d’ironie, d’autodérision et des personnages plus grands que nature.
Source : Disques Atlantis / 2008


Discographie





Comme au cinéma (2005)

C'est tragique l'amérique - Routine dans mes bottines - Aquarium -

Allez - Chanson utopique - La note -

Comme au cinéma - L'enjoliveuse - Au bar de l'enfer -

Gaspard - J'me parle tout seul - Urbanité -





Impression Humaine (2008)

Superzéro - Bernie - T'en trouveras pas -

Vais-je te revoir - Impression humaine - L'après-midi d'un fauve -

Le seul célibataire de la planète terre - Qui a raison - De toi pour un diner -

Vas-tu m'attendre - Ma bouée - Toute la journée -






Retour à l'index