Retour à l'index


Jeau-Hugues Labrecque




Auteur, compositeur et interprète, Jean-Hugues Labrecque est originaire des Éboulements dans la magnifique région de Charlevoix. Fils du regretté folkloriste Jacques Labrecque, Jean-Hugues est diplômé (maîtrise) des Hautes Études Commerciales et, comme il le dit lui-même, il en savait tellement sur le monde de la finance qu'il en était devenu dangereux. Il a donc choisi de revenir à la chanson et de suivre le chemin tracé par son père.

Direct dans son propos à la façon d'un Plume Latraverse ou d'un Bob Dylan, Jean-Hugues n'hésite pas s'embarquer dans la critique sociale sans avoir peur de brasser la cage. Il le fait avec un humour particulier, ce qui aide souvent à faire passer la pilule.

Sur disque et sur scène, il est entouré de plusieurs musiciens regroupés sous le vocable des Créanciers (un petit lien ici à sa première carrière). On y retrouve à l'occasion :


  • Yvon Bouchard (guitare, basse)
  • Jean-François Déry (basse, harmonica) (aussi dans Cavalia)
  • Alain-Guy Bouchard (claviers)
  • Vincent Carré (batterie)
  • Jean-François Langevin (basse)
Mélange de blues, rock, country et folk, la musique de Labrecque est particulièrement festive et il met le party partout où il passe. Il a présentement deux albums à son actif et il est en préparation du troisième qui devrait sortir à l'automne 2005.

Plusieurs compositions de son cru, deux reprises de chansons popularisées par son père (Les mitaines pas de pouce & La parenté où il chante avec son père). On trouve aussi quatre adaptations de textes de l'artiste acadien Herménégilde Chiasson, lauréat du Prix du gouverneur général du Canada en poésie.

A l'automne 2005, Jean-Hugues lance son troisième album en carrière, intitulé Faut changer le poste. Entre la fébrilité de La virée (Descendre à Rimouski) et la nostalgique Du fond du rang, il nous sert de petits pamphlets directs et sans compromis avec C'est pas grave (sur les américains), Le règne du rat (sur les politiciens), Le mystère de la foi (sur la religion), La cut (sur l'industrie de la musique) tout en offrant sa propre solution avec Une société matriarcale.

Dans l'univers de Jean-Hugues, pas question de sortir un album simplement pour figurer, il a des choses à dire et il les dit, ni plus ni moins. J'aime le côté direct de son propos tout comme les musiques basées majoritairement sur la dualité guitare acoustique et électrique, la section rythmique étant composée d'une basse et de percussions.

L'album a été réalisé par Jean-Hugues et son comparse Yvon Bouchard (guitares), faisant appel aux musiciens Jean-François Langevin (basse), Jean-François Déry (basse, harmonica) ainsi qu'à Dan Martel (percussions).

Autres reportages, QuébecPop

Site Web Officiel


Albums Année En Collection
On n'est pas tous seuls 2000 Non
Faut pas virer fou 2002 Oui
Faut changer le poste 2005 Oui

Retour à l'index