Retour à l'index


Véronique Labbé




Texte tiré du site de Diffusion YFB

Fille de Thetford Mines, ville de légende, anciennement connue sous le nom de Black Lake, Véronique Labbé a grandi dans une vallée au paysage unique marquée par son passé minier et sa végétation abondante. Issue d’une terre de pionniers nichée au pied des Appalaches, elle a su en tirer audace et détermination, fidèle en cela à la devise de sa ville « Foris super omnes». Courageux entre tous! Dans sa famille, les joies, les peines, les coups durs, les espoirs s’expriment en musique. Très tôt, sa mère, Lise Roy, chanteuse country renommée, l’initie au chant et à la guitare. C’est ainsi que tout commence, au sein d’une famille tricotée serrée, en fredonnant, le soir au coin du feu, les classiques de Pam Tillis, Renée Martel, Georges Hamel, Faith Hill ou autres Garth Brooks. Véronique est une enfant choyée mais plutôt rebelle. À l’aube de l’adolescence, son caractère bien trempé s’affirme. D’instinct, elle sent que la musique country pop ne sait ni mentir ni tricher. Une chanson doit sortir du cœur et des tripes!

Fidèle à sa nature, Véronique sort très vite des sentiers battus. Elle vit à cent à l’heure, expérimente, découvre d’autres courants musicaux : le rock, la pop, le blues... et même le classique. Comme tant d’autres artistes indifférents aux études, elle s’épanouit au contact de la scène. Dans les coulisses, elle suit, émerveillée, l’envol de la carrière de sa mère! C’est là que le déclic se produit. Elle décide d’être un jour chanteuse! À quinze ans, en 1996, elle signe ses premiers textes et compose ses premières mélodies. En suivant les tournées de Lise Roy, elle observe et apprend les ficelles du métier. Elle comprend l’importance d’être soi-même, de revendiquer haut et fort ses origines, de se blinder pour éviter les pièges de l’industrie. Cela devient clair : chanter a un sens! Qui se transforme vite en nécessité... Animée par une volonté inébranlable de voir son rêve se réaliser, elle fait en sorte que sa vie ressemble à une chanson. Country, bien sûr!

Sans cesse sur les routes et chemins, sa réputation s’étend discrètement mais sûrement. Peu à peu, Véronique s’affirme comme une artiste véritable. À force d’observation, de larmes et de travail, son rêve commence à prendre forme. Longtemps choriste, la ravissante jeune femme sillonne le pays profond auprès d’artistes populaires ou country réputés tels que Dino L’Espérance, Claire Lepage, Simon Brouillard et Guy Harvey. Cette gestation connaît des moments forts comme sa participation au Festival western de St-Tite lors des cinq dernières éditions, au Gala Arts et Spectacles en 2001 ainsi qu’aux cérémonies d’ouverture et de clôture de la 39e Finale des Jeux du Québec en 2003, chez elle à Thetford Mines, devant des foules record.

À la même époque, Véronique croise dans un studio Christian Riopel, auteur-compositeur et réalisateur. Cette rencontre est un moment décisif qui l’aidera à faire le point sur sa jeune carrière et surtout à découvrir sa personnalité musicale. En 2004, elle se voit confier, pour six mois, l’émission « Passion Country » sur les ondes de CFID, radio à saveur country pop de la région des Cantons de l’Est. Un an plus tard, au Festival de St-Tite, elle reçoit le premier prix SOCAN pour sa chanson « Quand on est amoureux » ainsi que le deuxième prix Étoiles Galaxie de Radio-Canada dans la catégorie Auteur-compositeur-interprète. Puis, dans le cadre de la tournée Monster Truck BigFoot, elle se produira successivement au Stade Olympique de Montréal, au Colisée Pepsi de Québec et à l’Hippodrome de Trois-Rivières. Toujours en 2005, Véronique Labbé signe avec une nouvelle équipe de gérance, le Groupe Jak Music.

« Le country, je suis vraiment née pour ça. Quelque chose d’inexplicable m’y a toujours ramenée, même dans les moments de doute. Je n’ai jamais eu d’autres objectifs que la chanson. C’est ce que je suis! Et c’est tout! » Véronique Labbé (juin 2006)

Dès lors, son rêve d’une carrière solo se concrétise. Véronique a su emprunter au passé pour mieux forger son propre avenir. Ces années sur la route lui ont permis de peaufiner son style et ses sonorités. Chaque morceau met désormais en évidence sa nature profonde, ses racines et la confiance nouvelle qu’elle a en elle.... En 2006, une entente est finalisée avec la maison de disques Enregistrements D7 qui lui offre à la fois les moyens et un cadre de développement de très haut niveau pour la poursuite de sa carrière. Cet accord accélère la production d’un premier album solo, fruit d’un intense travail de fond. Réalisé et mixé par Marc Provençal (Francis Martin, Ginette Reno, Roch Voisine, Audrey de Montigny...), ce premier album a été lancé lors du Festival western de St-Tite en septembre 2006.

Bête de scène et chanteuse à la voix forte et sensuelle, Véronique devrait s’imposer durablement dans notre paysage sonore. Pour le plus grand bonheur des amateurs de musique country pop. Et pour tous les autres aussi... Eeee...ha!!!

Autres reportages
Site web officiel


Albums Année En Collection
L'amour est un mystère 2006 Oui

Retour à l'index