Retour à l'index


Gregory Charles




Gregory Charles est né le 12 février 1968 à Ste-Thérèse en banlieue de Laval. Fils d'une famille de boulangers, Gregory apprend dès un très jeune âge à vivre avec la discrimination. En effet, à Ste-Thérèse, les enfants ne sont pas tendres avec ceux qui comme lui sont issus d'une famille d'artisans. Sur sa rue, il était le seul dont le père ne travaillait pas pour la GM à Boisbriand. Ça ne l'empêchera pas d'être extrêmement fonceur dès l'école primaire.

En effet, c'est en 2e année dans un cours de musique qu'il découvre qu'il en connaît déjà plus que son professeur, une grosse femme un peu bourrue dont l'histoire a perdu le nom mais dont Gregory conserve toujours un agréable souvenir. « Pour elle qui n'avait jamais touché à un autre instrument qu'à une flûte à bec, les variations Goldberg et les fugues de Bach, c'était déjà hors d'atteinte. » déclarait-il en entrevue à Michel Jasmin.

Ainsi, très vite, le jeune homme se développe un talent pour la musique mais aussi pour le jeu, l'animation, le chant, la comédie, le backgammon et la danse. On parle d'ailleurs encore beaucoup de ses talents au backgammon dans la salle paroissiale où il joint les louveteaux à l'âge de 9 ans.

L'année suivante, afin de mettre en valeur les talents de son fils, Monsieur Charles amène Gregory à une audition comme soliste pour la chorale des petits chanteurs du Mont-Royal. C'est finalement le petit Francis Martin qui obtiendra le poste et Gregory se souvient encore de sa déception : « Sur le coup, je me suis dit que c'était à cause de la discrimination envers les gens de la Rive-Nord. Non mais ça n'avait pas d'allure. Le petit gars avait du coucher avec la femme qui passait les auditions. » Ça en expliquerait beaucoup sur la carrière subséquente de Francis.

Finalement, c'est un jeune Gregory de 21 ans que le public québécois découvre quand apparaît le téléroman Chambres en Ville sur nos écrans. Gregory y interprète Julien, un jeune homme martyrisé parce qu'il est trop intellectuel et qu'il chante sans arrêt dans le salon de la maison de jeunes tenue par Louise Deschâtelets. Dans un épisode mémorable, Gregory démontrera qu'il maîtrise également les arts martiaux en confrontant Gilbert Lachance et Francis Reddy.et en leur donnant une correction qui a marqué l'histoire de la télé au Québec.

L'année suivante, Gregory toujours à l'affût d'une nouvelle plateforme pour exposer ses nombreux talents, se joint à l'équipe des Débrouillards en compagnie de Marie-Soleil Tougas. Là, il démontre à toute une génération de futurs auditeurs du canal Z que la science est intéressante.

Puis viennent des rôles au cinéma, Gregory y interprète aussi bien les rôles de garçon de café que celui de Ike Turner en passant par une imitation quasi parfaite de Dolly Parton dans le film indépendant : « T'as cassé la pipe à papa ». C'est toutefois un pan de sa carrière qu'il n'a jamais entièrement développée et ses quelques échecs connus ne l'ont pas amplement satisfait. C'est pourquoi il décide en 1993 de retourner définitivement à la télé. Il fait donc ses classes en tant qu'animateur sur « Que le meilleur gagne » où il s'amuse à savoir plus de choses que son public ce qui lui vaudra d'être encore une fois discriminé.

Puis en 1995, vient Cha-ba-da, c'est la consécration. Un talk show quotidien où Gregory prouve qu'il est même meilleur que Jean-Pierre Coallier, ce qui lui vaudra d'être discriminé par les personnes n'aimant pas les jeunes.

Fatigué par les exigences d'une quotidienne, il quitte la télé pour se consacrer à une série de concerts dont tout le monde vante les mérites de Mick Jagger à Jean Chrétien, tout le monde veut pouvoir se vanter d'avoir vu son spectacle. Mais il ne renonce pas entièrement à la télé puisqu'il revient constament y faire de brèves apparitions soit pour vanter les mérites des maladies sexuellement transmissibles à l'émission le grand blond animé par Marc Labrèche (qui avait été lui-même un chroniqueur dans une émission animée par Normand Bratwaithe, un artiste qu'on confond parfois avec Gregory Charles parce qu'ils aiment tout les deux manger chez Biddles.)

Biographie écrite par Nadine Buisson



DISCOGRAPHIE





I think of you

I think of you - Our house - I put my trust in you -

Unlabel'ble - Promise that you love me - No love -

Your love will lead me back to you - You are near - Til the day i die -

Life goes on - Solo pienso en ti .





Les anges

Bravo monsieur le monde - Reviens-moi - Comme un soleil -

Tears in heaven - Lulabye (Good night, my angel) - Ave Maria (Caccini) -

Pie jesu - Ave Maria (Schubert) -

Wiegenlied - Reviens-moi (Version symphonique) .





Loin de la lunière

Au fond de moi - Mariko (on ne comprend pas) - Quand on se voit -

Loin de la lumiere - Chocolat - Sur ma peau -

On sera deux - Tu as rejoint les anges - Elle etait belle -

Toi et moi - Je reviens .





Noir et blanc

I am a slave - I'm on my way - When i rise-1 -

Thie little light of mine - Wade in the water - Amazing grace -

Jesus i'll never forget done so much for me - When i rise-2 - Gospel hallelujah .







Retour à l'index